Shadow : Retour d’expérience

Vous connaissez Shadow ?

Le fameux service de Cloud Computing (à ne pas confondre avec Cloud Gaming) forgé avant tout pour les gamers.
Shadow appartient à la société française Blade. Ils ont créé le premier ordinateur de gamer accessible via internet.

En gros, que ce soit avec l’ordinateur de Mamie Jeannette ou votre smartphone, vous avez accès à une machine boostée aux hormones sur laquelle vous pouvez installer n’importe quel jeu (Windows).

Cela va faire maintenant 6 mois que j’utilise Shadow. C’est bien mais… Oui il y a un mais. Pas un gros mais pas tout petit non plus.
Pour ma part, j’utilise Shadow sur 4 périphériques différents. Deux PC fixes Windows 10 (bureau et télé), Smartphone Android (pas souvent mais ça m’arrive) et un PC portable sous Linux Mint.

À savoir : 

  • Pour utiliser un Shadow, il faut une très bonne connexion. Je dis très bonne car 15 Mb/s c’est bien mais pour Shadow c’est pas suffisant. Ce n’est ni un défaut ni une qualité. C’est normal, c’est logique, c’est comme ça. 
  • Shadow tourne sur Windows. Pour le gaming c’est normal, Windows c’est le choix le plus logique et évident que pouvait faire Blade.

Les qualités :

  • Un bureau Windows complètement accessible. Vous n’êtes pas obligé de jouer. Vous pouvez faire de la bureautique si le cœur vous en dit. Vous pouvez installer n’importe quel logiciel fait pour Windows.
  • Une connexion très rapide. Télécharger ou mettre à jour un jeu se compte en secondes.
  • Un PC qui évolue sans surcoût. L’équipe de Shadow fait évoluer automatiquement le matériel pour qu’il ne soit jamais obsolète.
  • Des performances graphiques allant jusqu’à 144Hz en Full HD et 60Hz en 4K UHD.
  • Un prix plutôt abordable à condition de s’engager.
  • La prise en charge de l’USB local sur le Shadow (seulement pour les clients tournant sur Windows pour le moment).

Les défauts :

  • Un espace disque trop faible. Votre Shadow vous est livré avec 250Gb d’espace disque. Pour un ordinateur censé accueillir des jeux vidéos c’est clairement pas assez. La preuve, j’ai installé trois jeux et je n’ai plus d’espace disque.
    Blade propose de payer un supplément pour avoir de l’espace disque supplémentaire mais cette option est bien trop chère pour ce que cela représente et surtout elle est en rupture de stock depuis des mois.
  • Un ordinateur qui ne peut pas rester allumé. Si vous vous déconnectez de votre Shadow sans l’éteindre, ce dernier passera en hibernation en bout de 1h30. Alors je comprends qu’il y ait un enjeu économique, écologique et surtout laisser la place à d’autres clients (car oui vous n’êtes pas seul sur un serveur). Mais le problème c’est que si par exemple je veux laisser un rendu tourner ou encore faire du P2P ce n’est tout simplement pas possible (du moins pas plus de 1h30). Le seul moyen de garder l’ordinateur allumé, c’est de rester connecté. Dans ce cas c’est encore plus énergivore donc encore moins écologique.
  • Des redémarrages intempestifs. Il arrive trop souvent que le Shadow redémarre sans même en être averti. J’ai perdu une sauvegarde comme ça. Véridique, j’ai eu un redémarrage au moment où j’écris ce paragraphe.
  • Pas de mode fenêtré sans bordure. Je vais pas rentrer dans les détails, les gamers comprendront.
  • Aucune ouverture de port possible. Impossible d’héberger un petit serveur Minecraft ou une partie Garry’s Mod. J’ai tenté une ouverture de port au travers d’UPnP, mais ça ne fonctionne pas. À croire que les jeux n’utilisent pas ce genre de protocole. Le seul moyen c’est de faire un Remote Port Forwarding. Mais cela nécessite d’avoir un serveur externe pour faire le pont.
  • Pas de système de transfert de fichiers entre l’ordinateur client et le Shadow. Le plus simple est d’utiliser des services comme ToffeeShare ou encore ShareDrop.

En bref :

Shadow c’est bien mais Shadow ça pourrait être mieux. Tous les petits défauts de Shadow sont des défauts facilement corrigeables. Je ne parle pas forcément des éléments présents dans ma liste ci-dessus, mais plein de petites choses comme par exemple:
– pas de raccourcis clavier pour réduire la fenêtre en mode plein écran
– pas moyen de désactiver les notifications lors du changement de mode (écran, souris etc.),
– impossible de virer une bonne fois pour toutes le message te demandant si tu veux éteindre ton Shadow lors de la déconnexion.
– Et j’en passe…
Tous ces petits défauts qui pourraient être corrigés en quelques heures seulement.

Pour le moment Blade est tranquille, car ils n’ont pas vraiment de concurrence (les services comme Google Stadia ne sont clairement pas un danger) mais qui sait, un jour un acteur peut débarquer de nulle part et faire quelque chose de beaucoup plus ergonomique.

Le système sur lequel repose Shadow est très simple à mettre en place.
Certains diront que je suis mauvaise langue, et je leur répondrai que j’ai déjà mis en place ce genre de système. Le seul problème à l’époque, c’était que je n’avais pas la fibre. Donc c’était sur un réseau local seulement. Mais le système était exactement le même. Un ordinateur boosté aux hormones et des machines virtuelles.

Pour finir, si vous êtes un gamer PC et que vous ne souhaitez pas investir dans une machine de guerre, Shadow est un très bon compromis. Et si vous faites un calcul rapide, vous êtes gagnant sur tous les fronts.

Si vous souhaitez sauter le pas, voila mon code de parrainage: STPVAYFU
Ce code vous permettra d’avoir 10€ de réduction sur votre premier mois et au passage j’aurai 10€ de réduction sur ma prochaine facture.

PS: Oui je sais, ça fait un moment que je n’ai pas posté d’article.

Vous aimerez aussi...